Le Droit de la reponsabilité comprend tant les accidents de la vie que les accidents du sport, de la circulation ou du travail. Dans la plupart des cas, une offre d’indemnisation doit être proposée à la personne victime.

Les accidents de la route restent parmi les plus fréquents.

L’indemnisation de la victime d’un accident de la voie publique est encadrée par la loi dite BADINTER du 5 juillet 1985.

Cette loi facilite l’accès à l’indemnisation de la victime par l’assureur de tout véhicule terrestre à moteur (moto, scooter, autre deux roues, voiture, autocar, tracteur, camion…) impliqué dans l’accident. Comment ? En l’obligeant à se rapprocher de la victime afin d’effectuer une offre d’indemnisation.

Toutes les personnes peuvent être indemnisées qu’elles soient conductrices, passagère, cycliste ou piétonne.

En fonction de l’âge et sous réserve d’avoir commis une faute inexcusable étant à l’origine de l’accident, le piéton, le cycliste ou encore le passage sont très largement favorisés par la loi BADINTER. Leur indemnisation est quasi-automatique.

Le conducteur ne devra, quant à lui, ne pas avoir commis de faute. En fonction de la faute commise son droit à indemnisation sera entier, limité ou totalement exclu.

Peu importe le type d’accident que vous avez subi, l’assistance d’un avocat vous permettra de défendre vos intérêts de manière plus efficace et plus équitable face aux assureurs et à vos adversaires- James Warson

Il peut aussi arriver que le véhicule ne soit pas assuré ou que l’auteur des faits soit inconnu. Dans ce cas l’indemnisation de la victime relève du Fonds de Garantie des Assurances Obligatoires (FGAO).

Comme pour le Droit de la santé Maître Philippe CAMPS vous accompagnera dans vos démarches de manière professionnelle et efficace tout en se montrant disponible.

Après un premier contact avec le justiciable, Philippe CAMPS et ses collaborateurs effectuent les recherches complémentaires propres à chaque cas. Ils prennent attache avec votre assureur ainsi qu’avec la partie adverse et une première étape de transaction commence. Durant cette première phase, l’objectif est d’arriver à la prise en charge du dommage par l’adversaire.

En cas de refus, la procédure judiciaire sera mise en oeuvre.

Vient alors la question de l’expertise et de l’appréciation du dommage dont découle l’indemnisation. Ces différents examens expertales se préparent en amont avec l’avocat et le justiciable victime d’un dommage a tout intérêt à être assisté par un médecin conseil qui lui apportera un avis objectif et une réelle plus-value.

Une fois le préjudice chiffré, peu importe le type d’accident que le justiciable aura subi, Philippe CAMPS veillera à ce que l’indemnisation soit proportionnée dans le cadre des dispositions légales applicables.